nullnullnull

De Trogen à Yale

Jonas Jud

Chanteur d'opéra

Je n’ai jamais vécu un semestre pareil. Depuis la rentrée, le 8 septembre, tous les cours se faisaient en ligne, y compris les cours de chant. Avec le décalage horaire, les leçons commençaient pour moi en fin d’après-midi et se terminaient parfois à 22 h. Tous les étudiants de ma classe n’étaient pas sur place, certains étaient même en Corée, où le décalage horaire n’est pas de six heures, mais de treize. Parmi les matières enseignées: théorie musicale et analyse, littérature vocale, séminaires d’opéras, diction russe, théâtre, répétitions de chœur et cours de chant.

‍Le 18 août 2020, pendant mes brèves vacances d’été, j’ai pu me rendre à mon rendez-vous à l’ambassade américaine de Berne et déposer ma demande de visa étudiant. Grâce à l’important soutien de l’Université de Yale, qui a fourni des documents détaillés attestant de mon cursus et de la nécessité de ma présence aux cours, j’ai bénéficié sans grande difficulté de l’exemption de visa pour «intérêt national», malgré la pandémie et le durcissement des conditions d’entrée sur le territoire américain. Le 28 septembre 2020, je m’envolais enfin vers les États-Unis d’Amérique. À mon arrivée, j’ai dû respecter une période de quarantaine chez moi. (…) Dieu merci, j’ai pu l’interrompre au bout de six jours et à ma grande joie, assister aux cours en présentiel à l’université. Le présentiel est particulièrement important pour les cours de chant et les répétitions de chœur. (…) Nous avons travaillé mon «pack d’arias» pour les auditions, ainsi que mon morceau pour le récital obligatoire du semestre de printemps. Les matières théoriques m’ont demandé un travail intense. En théâtre, par exemple, nous devions lire une pièce chaque semaine et écrire un compte rendu. En théorie musicale et analyse, nous avions trois tests hebdomadaires. (…)

Malheureusement, ce semestre, les concerts et les représentations ont tous été annulés. À la place, chaque élève a pu enregistrer un aria dans des conditions professionnelles, sur la scène de la grande salle de l’école de musique, avec accompagnement au piano. Les enregistrements sont disponibles sur la chaîne YouTube de la Yale School of Music, en tapant «Fall Aria Showcase». J’ai interprété Quand apparaissent les Étoiles, de l’opéra Don Quichotte (J. Massenet).

Peu après mon arrivée aux États-Unis, j’ai entendu parler des Young Artist Programs (YAP) dans les grands et petits festivals d’été – «San Francisco Opera», «Glimmerglass Festival», «Santa Fe Opera», «Wolf Trap Opera» et autres – qui peuvent grandement valoriser le CV d’un jeune chanteur: ce sont des opportunités uniques pour faire ses premiers pas dans l’univers de la musique professionnelle. Durant les deux à trois mois d’été, ces événements programment des opéras qui accueillent les jeunes artistes dans les chœurs, voire leur offrent un rôle de doublure. Les rôles principaux sont souvent confiés à des chanteurs de renommée mondiale. (…) La procédure de sélection des YAP est très sévère et compte la plupart du temps deux tours. (…) Le «Sante Fe Opera» m’a proposé les rôles de doublure de Bartolo, dans Le Nozze di Figaro de W. A. Mozart, et de Thésée dans A Midsummer Night’s Dream de B. Britten, ainsi qu’un pupitre dans les chœurs des Nozze di Figaro et de Eugène Onéguine de P. I. Tchaïkovsky. Du 6 juin au 26 août 2021, je chanterai donc à Santa Fe. J’ai vraiment hâte!

Jonas Jud

décembre, 2020

 Retour
null

Mon parcours dans le monde de la céramique

Depuis que je suis enfant, je suis fasciné par les matériaux, une passion qui s’est éveillée grâce au soutien de mon père et à ma formation de polydesigner 3D. Aujourd’hui, j’approfondis mes connaissances et mes compétences dans l’art ancien et varié de la céramique à l’École d’Arts Visuels.

Till Herion
null

Mais une année pleine d’émotions

Encore une année, entre deux autres, sous le signe du coronavirus. Mais une année pleine d’émotions.

Samuel Keiser